BesAC - Besançon Avenir Comtois - Le point avec Nicolas Faure

Drôle de période depuis la mi-mars avec la crise sanitaire et le confinement qui ont impacté le monde entier, la France y compris, avec leur lot de morts dûes au Covid-19, leur grand nombre de malades plus ou moins gravement atteints. Sans compter l'économie qui a fort souffert de cet épisode inédit. Le sport en général n'a pas échappé aux conséquences de cette pandémie.
Du côté du BesAC, tout s'est arrêté depuis la mi-mars et la suite s'écrit encore en pointillés. On en saura plus vers le 21 juin.
Pour l'équipe de Nationale 1, on a déjà donné sur ce site, les informations majeures de ces trois derniers mois : en résumé, le BesAC est maintenu en N1 et la prochaine équipe se fera à partir d'une feuille pratiquement blanche, puisque seul le jeune Tom Mareschal reste à l'effectif pour le championnat  20120-2021, dont la reprise est, pour l'heure, fixée au 3 octobre, si l'épidémie le permet.
Profitons de cette période encore calme pour faire un point avec Nicolas Faure, le coach du BesAC qui reste au commandes du navire bisontin.

- Coach, pouvez-vous tirer un bilan de cette saison 2019-2020 ?
- C'est un bilan mitigé… Nous n’avons pas pu nous extirper de la poule de relégation. Beaucoup de matchs nous ont échappé de peu (Pont-de-Cheruy, Chartres, Orchies). L’équipe était moyennement cohésive et peu apprenante.
Malgré de nombreuses heures dans la salle, nous avons mis un temps infini à modifier certains comportements. Les mêmes erreurs ont souvent entraîné les mêmes conséquences.
D'autre part, le déséquilibre entraîné par le refus du gendarme financier de la FFBB (ndlr : la commission de contrôle de gestion des clubs) de nous autoriser à recruter un second joueur étranger a aussi pesé lourd dans le bilan. Car dès lors, trop de responsabilités ont été données à certains joueurs, pour lesquels les attendus étaient trop grands.
Dans une équipe très jeune, le manque d’expérience a aussi été quelquefois rédhibitoire sur certaines situations.
Toutefois, avant que tout s'arrête, j’allais aborder les play-down avec une certaine sérénité, car il était évident que l’arrivée de Jermel Kennedy nous a permis de remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. Le changement de stratégie défensive commençait à être intériorisé par le groupe. J'en suis certain, nous nous serions maintenus sportivement.
Plus prosaïquement, saison difficile et frustrante. Je remercie les deux présidents et dirigeants qui n’ont jamais sombré dans la panique et nous ont laissés travailler en toute confiance.

- Pour la saison prochaine, quels dont vos souhaits ?
- Ah si je vous disais tout… Une Maserati, aller à Tahiti, déjeuner chez Georges Blanc toutes les semaines….Plus sérieusement, pour le BesAC, j’aimerais tellement passer une saison « tranquille » en terme de résultats… Et surtout commencer à bâtir une base solide pour construire sur le moyen terme.
La conjoncture et le système font que dès qu’un joueur met 3 paniers, une nuée d’intermédiaires arrive et lui fait miroiter des choses impossibles… La candeur de certains les entraîne vers d’autres horizons, ou bien souvent l’herbe n’est pas plus verte que sur les bords du Doubs. Avec la commission de rectutement, nous allons tenter de construire  l’équipe la plus compétitive avec notre budget contraint. Un peu plus de talent offensif serait le bienvenu, mais le talent est malheureusement ce qui coute le plus cher.
Alors, soyons curieux, vigilants, patients, intelligents, malins, raisonnés, réactifs quand le moment sera venu…..

 

- Qu'est-ce que le Covid va impliquer ? Notamment dans la préparation des joueurs, sachant qu'ils auront été pendant presque cinq mois, sans réelle activité basket. La prépa sera-t-elle différente ?
- Bien compliqué de se projeter, les sons de cloche étant tellement divergents. Nous serons face à une situation inédite, avec une trêve d’une durée inégalée…. Et donc une ré-athlétisation à planifier obligatoirement plus longue. Quand aurons-nous accès à notre salle des Montboucons ? Quand le Ministère des Sports donnera-t-il son feu vert à la pratique totale du basket considéré comme l'un des sports collectifs le plus à risques et donc avec le taux de contagiosité le plus élevé ? Bien malin qui pourrait le dire…

- Où en êtes-vous du recrutement ? Pour l'instant, aucune signature n'a encore été enregistrée. Que recherchez-vous ? Avez-vous des pistes ?
- Nous avons souhaité tourner une page. Seul Tom Maréschal est donc conservé. Jeune joueur au potentiel certain et avec un vrai mental, nous lui ferons confiance sur le poste 2.
Pour le reste, le nombre de joueurs sous contrat diminuera pour passer à 8 joueurs confirmés. L'effectif sera complété par des jeunes.
Nous sommes devant une feuille blanche. Essayons donc de la remplir progressivement, sans faire de fautes….